Produits chimiques

Bonnes pratiques de laboratoire (BPL)

L'objectif du règlement grand-ducal du 5 juillet 2004 concernant l’inspection et la vérification des bonnes pratiques de laboratoire (BPL) est d'assurer l'obtention de données d'essai fiables et de grande qualité sur la sécurité des substances et préparations chimiques industrielles, dans le cadre de l'harmonisation des rocédures d'essai aux fins de l'acceptation mutuelle des données.
L’Institut assure au niveau national la communication et la coordination entre les autorités de vérification en matière de Bonnes Pratiques de Laboratoire.

L’Institut luxembourgeois de la normalisation, de l’accréditation, de la sécurité et qualité des produits et services organise les audits des BPL au niveau national et assure au niveau national et international la communication et la coordination entre les autorités de vérification en matière de bonnes pratiques de laboratoire.

Les autorités chargées du contrôle de conformité sont, conformément à leurs attributions légales respectives, l’Administration de l’Environnement, le Laboratoire National de Santé, l’Administration de la Gestion de l’Eau, l’Inspection du Travail et des Mines et l’Administration des Services Techniques de l’Agriculture

L’acide picrique

L’acide picrique est une substance chimique à classification variable.

Mouillée (phlegmatisé) avec 30% d’eau, cette substance est classée dans la catégorie des solides inflammables et toxiques.

Par contre, si l’acide picrique commence à sécher, des cristaux explosibles se forment. Il devient dès lors très sensible aux chocs, à la chaleur et à la friction, avec un risque élevé d’explosion.

Conseils

  • Vérifiez et identifiez les produits chimiques qui se trouvent dans votre établissement, y compris les réactifs de laboratoire et les déchets dangereux.
  • Consultez les fiches de données de sécurité de vos substances et produits dangereux.
  • Respectez les dispositions du règlement grand-ducal du 14 novembre 2016 concernant la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs contre les risques liés à des agents chimiques sur le lieu de travail.

Principe de substitution

Remplacer les substances dangereuses par des substances moins dangereuses.

Nanoparticules

En  raison  de  l’insuffisance  des  connaissances  relatives  aux  dangers  pour  la  santé  humaine attachés à la fabrication de nano-objets et à l’utilisation de produits en contenant, il n’existe en l’état actuel aucunelégislation nationale / européenne applicable à ce domaine.

C’est la raison pour laquelle des mesures de précaution doivent être définies et mises en place jusqu’à  ce  que  soient  mieux  connus  l’importance  des  expositions  professionnelles  aux nanoobjets et aux nanomatériaux et les risques correspondants sur la santé.

Le règlement grand-ducal modifié du 14 novembre 2016 concernant la protection de la santé et  de  la  sécurité  des  travailleurs  contre  les  risques  liés  à  des  agents  chimiques  sur  le  lieu  de travail définit des principes généraux même s’ils ne leur font pas référence explicitement.

Une recommandation  pour  les  laboratoires  d’essais  et  de  développement  utilisant  des nanoparticules élaborée  par l’Inspection  du  travail  et  des  mines  définit  aussi  des  principes généraux dans ce domaine.

Législations relative

L’enregistrement, l’évaluation, la classification, l’étiquetage et l’emballage des produits chimiques sont définis par la réglementation européenne dénommée « REACH » et « CLP » dont l’application nationale est déterminée par la loi du 16 décembre 2011.

Les agents chimiques, cancérigènes ou mutagènes sont réglés par les dispositions suivantes :

Toutes les questions ou informations relatives aux produits chimiques sur le lieu de travail, ou aux nanoparticules et la santé des salariés, sont à adresser par email au Help Center

Dernière mise à jour